top of page

De précieuses peintures dans l'église des Mathurins de Rouen 

 

L'église de la maison rouennaise des Trinitaires-Mathurins (1660-1792), rue de Joyeuse, dans le quartier Saint-Nicaise, n'a pas seulement livré l'année dernière aux archéologues les restes d'une vingtaine de ces religieux anti-esclavagistes dont Voltaire louait l'héroïsme dans son Essai sur les mœurs et l'esprit des nations [...]. Notre enquête sur les peintures de l'église des Mathurins de Rouen. (lire la suite)

La mort d’un Mathurin :
aperçus sur la peste de 1668, et le culte de saint Sébastien à Rouen

 

Quand on pense peste, à Rouen, on pense Moyen Âge et charnier de l'aître Saint-Maclou. Or on oublie que la dernière vague de peste s'abattit sur la ville en 1668, sous le règne de Louis XIV, avec une mortalité certes bien moindre qu'au XIVe siècle [...]. Notre enquête : Mathurins et peste 1668. (lire la suite)

Origine et parcours des vitraux de Saint-Ouen exposés à New York, premières hypothèses

 

L'abbatiale Saint-Ouen, dans le quartier Saint-Nicaise, doit une bonne part de son charme à sa vitrerie XIVe et XVe, faite de grisailles décoratives et de scènes historiées d'une grande finesse et homogénéité stylistique. [...] Enquête sur les grisailles de Saint-Ouen exposées aux Cloisters, à New York. (lire la suite)

Vous l'attendiez, voici un historique de l'église et du quartier Saint-Nicaise, du VIIe siècle à nos jours.  

 

 

 

 

 

Cliquez sur la bannière

 

Cet historique n'est pas figé. Nous l'enrichirons au fur et à mesure.

David Ferrand et La Muse Normande

 

Nous avions appris l'existence de l'affaire de la Boise de Saint-Nicaise par un récit de seconde main, tombé de la plume de l’historien rouennais Amable Floquet. L'association de la Boise Saint-Nicaise est heureuse de vous présenter sur son site deux récits de première main tirés de la Muse normande de David Ferrand, recueil de pièces poétiques diverses écrites en langage purinique dans la première moitié du XVIIe siècle... (lire la suite)

Les orgues de Saint-Nicaise  

 

Le grand orgue et l'orgue de chœur de l'église Saint-Nicaise, actuellement muets et à l'abandon, forment un ensemble complémentaire d'une exceptionnelle qualité, de l'aveu même des organistes de l'agglomération rouennaise qui les ont pratiqués. Nous vous laissons découvrir ces chefs-d'œuvre des Maison Rochesson et Beucher-Debierre dans le petit dossier que nous leur avons consacré.  

Les six rescapés de la destruction de l'îlot B 

 

De 1969 à  1974, le quartier bas Saint-Nicaise, compris, au nord et au sud, entre la rue Orbe et la rue Saint-Vivien, à l'ouest et à l'est, entre la rue Abbé-de-l'Épée et la rue des Matelas, est détruit, sous prétexte de rénovation et de rationalisation. Au M.R.U. (Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme), on considère que la Seconde guerre mondiale "n'a pas assez rasé Rouen"... (lire la suite)

Pour embrasser d'un regard l'ensemble des trésors de l'église Saint-Nicaise, on peut consulter l'excellente fiche que Jacques Tanguy a consacrée à celle-ci sur son blog Rouen-Histoire (ici).

bottom of page