@2016 by La Boise de Saint-Nicaise

Suivez-nous
  • Facebook Social Icon
Carte n° 1 : plan de Rouen au XIVe siècle (détail), nouveaux quartiers Saint-Nicaise et Saint-Vivien (archexpo.net)
Carte n° 2 : plan de Rouen au XVIIe siècle (détail), paroisses Saint-Nicaise et Saint-Vivien (archexpo.net)

COMPLAINTE ET REGRETS LAMENTABLES

 

DES HABITANS DE S. NIGAISE

 

SUR LA PERTE INESTIMABLE DE LA BOISE

 

DE LEURS QUARTIERS

Apprechez, mes bons & purins,

Drapiez & faiseux de gardins [jardins],

Marchands d’œillets & de framboise,

Tisserents, tondeux, espincheux [épinceurs],

Pigneux [peigneurs], lenneux [laineurs] & épluqueux [éplucheurs],

Venez lamenter notte Boise.

 

Que che nous est vn grand malur

Et vn regret o cœur bien dur

Que de vair maintenant rauie

Notte Boise d’antiquité,

Notte siege de verité,

L’honneur de la Purinerie !

 

Il y auet quatre chens ans

Que no z’ayeux & peres grands

L’auest pres du Plat establie,

Afin d’y faire presider

Nos anciens, pour accorder

Les decords [querelles] de la Draperie.

 

Che qui se passet de pu bel,

Tout che qui estet de nouuel

Estait déranglé [raconté] le dimanche,

Où checun venet volontiers

Su la Boise de no quartiers

Pour y prenoncher sa sentenche.

 

No z’y palet le pu souuent

Des affaires de Montauban,

De Languedoc & de Xainctonge,

Et, quand dessus z’elle on mentait,

La poure Boise s’esclatait,

Ne pouuant souffrir de mensonge.

 

Ainchin s’en retournest honteux

Chez plantes-bourdes, chez menteux,

Le nez camard, la fasche blesme ;

Pis, quand vn autre s’y boutet,

Qui la verité racontet,

Elle se refermet say-mesme.

 

Elle auet veu vingt & chinq Rois,

Et le rauage des Anglois

Du temps de Ieanne la Puchelle ;

Et, combien que dedans Rouën

Firent biaucoup de detriment [dommages],

Ne s’adrechirent [s’attaquèrent] pas à elle.

 

Elle auet veu les grands hiuers

Rigoureux, facheux & diuers,

O no z’vt de bois grand souffrette [pénurie] ;

Niaumains la necessité,

Iamais homme n’auet osé

En esclater vne boisette.

 

Durant la prise de Rouën,

Il y a seixante & vn en,

A vit la guerre & le rauage,

Et le siege l’y a trente ans

Et biaucoup d’autre mauuais temps

Sans qu’on ly fit ocun dommage.

 

De vray pour en estre en repos,

Les pu hupez [les notables] de notte enclos

Arrestirent qu’à Sainct Nigaise

On la mettrait pu seurement ;

Che qui fut fait incontinent

Pour n’en estre point à malaise.

 

Mais en Ianuier le fraidureux,

En l’an mil six chents vint & deux,

La pouvre Boise a esté prise

Par les enfans de Sainct Godart,

S’estans exposez au hazard

De faire vne tieulle surprise.

 

Notez donc que chez brelingans [fainéants]

S’en vindrent armez iusqu’o dents,

Estant de garde à Sainct Hilaire,

Queuque petiot apres minuict,

Pour no commettre vn tieu despit

Et si grand desplaisir no faire.

 

Estant tout vis-à-vis du Plat,

Y se fit assez biau sabat

Faisant coinse [semblant] de s’entrebattre,

De pur que queuqun ne sortît

Et que no n’aperchût & vît

Vn si grand & facheux desastre.

 

Aueu de certains instrumens

Y l’ont rompu les ferremens

De quay a l’étet attaquée

Par trais endrets à la maison ;

Car d’vne terrible fachon

A l’y auet esté fiquée [fichée].

 

Quand a fut o mains des tirans [ceux qui tirent],

Y se n’allaist tretous hallans [absolument tous tirant]

Aueu de grands braches de meuche [barreaux de mèches] ;

Et si estest pu resioüis,

Pu ioyeux & pu regaudis

Que s’il eussent esté de neuche [noce].

 

Mais su le tart vn chauetier

Mit l’alerme à notte cartier,

Dont i’entroüismes [entendîmes] la hemée [le raffut] ;

Pis ie no leuon d’vn plein saut

Criant apres eux : « Raut, raut, raut ! »

Aueuq vne voix effriée.

 

Mais y fesest des resolus

Aueu leu coutelas tou nus,

Vsant de chen mille menache ;

Et nous vn petiot poulletrons,

Ie retournon à nos maisons,

Et delaissime la pourcache.

 

O corps de garde l’endemain

I’allime à mouchel [en nombre] pour chertain,

U ie visme, ô douleur amere !

Notte poure Boise bruller,

Mais no boutant à quereller,

On no fit retirer arriere.

 

Mais i’en attrapisme vn morcel,

Qui fut departy o troupel

Comme vne relique bien grande,

Aueuq desir de no vanger

Et cette garde saccager

Le seir [soir] en reuenant en bande.

 

A huict heures ou enuiron,

Par mouchiaux [en foule] ie no z’assemblon,

Le premier à la Croix de Pierre,

Vn autre à la ruë Fleuriguet ;

Le troisiesme feseit le guet

O Plat pour leu liurer la guerre.

 

Mais il aduint bien autrement,

Car par la ruë Sainct Viuien

La compagnie fut menée ;

Mais quay ! en no veyant trompez,

En gros ie somme deuallez,

Aval la ruë de l’Espée.

 

Checun de nous criet : « Raut, raut ! 

Tu, tu’, à l’alerme, à l’assaut ! »

En faisant vn grand tintamarre ;

Mais leu capitaine, à l’instant

Sa grande espée desgainant,

Entre eux & nous seruit de barre.

 

« Retirez vous, dit-il, purins ;

Voulez vous faire les mutins

Et troubler notte republique ?

Si checun de vous ne se tait,

Vous serez à coups de mousquet

Recachez [chassés] dedans vos bouticle. »

 

Quand i’entendisme chez prepos,

Checun de nous tournet le dos

Craignant queuque machacre estrange,

Aueuque desir niaumains

D’en uenir queuque iour o mains

Pour en prendre notte reuange.

 

Donc qu’o mette o kalandrier

Qu’o dix-huitiesme de Ianuier

Fut pris & rauy notte Boise :

Boise dont i’estions pu ialoux

Et pu glorieux entre nous

Que Rouën n’est de Geor-d’Amboise.

 

 

LE BOUT DE L’EN DE LA BOISE

 

Dieu te gard, men poure Fleuren !

Et bien, quemen se porte n’en ?

Queche qui roule à ta cheruelle ?

Tu me semble tout efritay [effrayé].

A tu oüy paler sus su qay

De queuque piteuse nouuelle ?

 

‒ Bertin, si ie sis si marmiteux [souffreteux],

Tout deconfit & roupieux [honteux],

Ne t’en boute point à malaise ;

Chest que ie sis tout desbauché [désorienté]

D’auer veu tout checun courché [courroucé]

Là haut, à notte S. Nigaise.

 

‒ Dy may, Fleuren, sans le cheler :

Quez qui l’ont à leu delouzer [désoler]?

Ont il émouvé queuque noise ?

‒ Nennin, Bertin, en vérité,

Ils pleurent par solemnité

Le bout de l’en de notte Boise.

 

Derrainement [dernièrement], le iour s. Pos [Paul],

I’entroüys opres du grand Clos

Du sabat comme queuque alerme ;

Mais i’apperchus estant o bout

Vn troupel de femme en couroux

Pleurans tretoute à caude lerme.

 

Su bon homme nommé Drien,

S’aprechant d’eux tout douchement,

Demandant pour qui ch’est qui crie :

« Drien, se ly dit Marion,

Il y a vn an ou enuiron

Que notte Boise fut rauie.

 

‒ Chemon [oui, ma foi], se fit y, quant & quant ?

‒ Che fut les muguets d’arrogant

De Saint Godard, estant de garde,

Pas tant pour s’en vouler cauffer

Comme pour faire furluffer

Nous & toute note brigade.

 

‒ Sur me n’ame, se dit Geruais,

Ie n’oubliray chela iamais ;

Le cœur m’en gremit [palpite] quand i’y pense,

Car y l’ont fait tout en essien

Veyant que i’auions grandement

Ste pouvre Boise en reverenche. »

 

La grand Catline dit : « Vraiment,

I’ay tant pleuré depis vn en

Que ie n’en vais tantost pu goutte.

Le sair, quand ie sis à l’hostel,

Pensant aualler un morcel,

Ie laisse quair ma pouvre soupe. »

 

Alixis, su grand épluqueux,

Diset en fesant du pleureux :

« Ie ne serais manger ny baire ;

La mémoire de la douleur

Me fait tumber de ma hauteur

Parfais o mitan de me n’aire [plancher]. »

 

May qui escoutait leu clameurs,

Leu doulianches & leu pleurs,

Ie leu dis veyant leu grimache :

« Qu’ez qu’ou auez  à vo facher

Pis qu’ou z’ay pour vous assicher

Vne Boise neufue à la plache ? »

 

Ils s’apprechent de may en gros,

Furlufez [emportés] ainchin que des coqs

Qui ont mangé de la totée [?],

Disant que i’estais tritre en cœur

Si ie n’auais queuque douleur

De la poure Boise bruslée.

 

« Che n’est pas, se me firent t’y,

Pou le grand argent qu’a vausit,

Fût a de quesne ou bien de haistre ;

Mais , si i’en auon du regret,

Che n’est sinon pou le suiet

Qu’a l’y venet de nos anchestre.

 

‒ Pourquay esche, se dit Lubin,

Que ie courume le matin

Qu’a fut rauie à Saint Hilaire,

Ou i’en recapime [sauvâmes] vn coipel [copeau]

Dont checun en eut sen morcel,

Si che n’est que no la reuere ?

 

‒ I’en garde encor men coipelet

Dedans men petit drapelet,

Se dit la bonne femme Yvonne ;

Ie vendrais putost men corset,

Ma cremillée [crémaillère] & men gresset [petite lampe en fer]

Que ie l’engagisse à personne.

 

Pour la Boise neufve, fit a,

Ie n’en fais à nen pu d’esta

Que d’vne quaire qu’on z’emprunte ;

Car no z’a biau dessu mentir,

Premier que [avant que] no la veye ouurir

Ainchin que la pouvre deffunte. »

 

Se dit la femme o vieux Lucas,

En iurant par sainct Nicolas :

« Depis qu’a l’est y la fiquée,

Oncore qu’il y ait vn en,

Ie n’ay daigné tant seulement

M’y estre vne feis assichée.

 

‒ Mort de may bleu ! ce dit Ieuffray,

Alizon, ie vo sçais bon gré

Pis qu’o ny boutez  point la presse :

Ie ne m’y siais tout à nen pu,

Car ie quirais putost dessu,

Que d’y plaquer iamais mes fesse.

 

Che n’est pour denigrer en rien

Che qui nos en fait tant de bien

Que de no l’auer enueyée :

Mais ch’est pour faire bigoter [mettre en colère]

Un cul gelé de chauetier

Qui n’a pas l’autre bien gardée.

 

‒ Par saincte Barge [Barbe], dit Anez,

Ie li eusse baillé su le nez,

Vne feis en portant ma paste,

Mais le nigon [nigaud] s’allit mucher ;

Ch’est pourquay i’allis étriquer [jeter]

Dedans le renel [ruisseau] ses chavattes.

 

Pouuions-ie auer vn pu grand mal

Que de perdre le tribunal

De la verité toute pure :

Ch’est pourquay ie portons le dœil,

Le nez chendreux, la lerme à l’œil,

Pour auair recheu tieulle iniure.

 

‒ Quand j’y pense, le cœur me faut,

Se dit le bon homme Thibaut,

Et si la chervelle m’éluge [trouble] ;

Songeant à se n’ancienneté,

Ie crai pour toute vérité

Qu’a l’estet du temps du déluge.

 

Helas ! ch’etet vn parement

Que ie gardions tant cherement,

Oncore que checun s’en moque ;

Car a l’avet si grand vertu

Que, quand nos y plaquet sen cul,

A guariset bien tost des broque [hémorroïdes].

 

‒ Ste Boise ichy, dit Marion,

N’era iamais vn tieu renom

Que la poure premiere Boise ;

Sa pu grande commodité,

Ch’est qu’on y vendra en esté

Des groiselles & des franboise.

 

‒ N’en parlons pu, se dit Carrel,

Et nos en allon à l’hostel.

Mais il faut craire en asseuranche

Que Dieu punira tost ou tard

Chez glorieux de Sainct Godard

S’ils n’en font grande penitenche. »